Pop-Louche – Un premier EP pour Oli Laroche

Musicien accompagnateur pour de nombreux artistes, dont Bernhari (album), Alex Nevsky et Gaële, et membre du défunt collectif Le Roi Poisson, Oli Laroche se lance enfin en solo avec le EP Pop-Louche. Le lancement avec prestation aura lieu le 30 septembre à 20h au Quai des brumes.

Surprenez-vous à découvrir la pop-indie rêveuse de ce multi-instrumentiste doué. Comme le titre le laisse paraître, ce jeune homme n’a pas peur d’expérimenter, de jouer avec les textures, de surprendre l’auditeur par ses arrangements ingénieux. Mais au bout du compte, il réussit toujours à nous accrocher grâce à des mélodies drôlement efficaces.

Pour l’enregistrement, Oli Laroche (réalisation, piano, wurlitzer, synthétiseur, batterie, percussions, omnichord, choeurs, séquences électroniques) s’est entouré d’une redoutable équipe composée entre autres d’Alex Crow, de Francis Gagnon, de Félix Lafrance, de Gabriel Gagnon, de Jean-Philippe Hébert, de Marc Papillon-Ferland et de David Laurendeau. Le tout a été enregistré principalement au Studio Victor et au Crow’s Nest Studio.

Sur scène, il sera entouré de Laurent Saint-Pierre (batterie), Clément Leduc (synthétiseurs), Francis G. Veillette (guitare) et Félix Lafrance (basse).

Eugène et le Cheval lance «Pertes de mémoire et autres mécanismes de défense»

Eugène et le Cheval est de retour avec son second album, Pertes de mémoire et autres mécanismes de défense. Cette sortie sera célébrée le 14 septembre prochain à 20h, à l’occasion d’un spectalce-lancement à la Casa del Popolo.

Dès les premières notes, vous reconnaîtrez le son « Eugène ». Mais vous constaterez aussi que la formation montréalaise a poussé l’exploration sonore plus loin que sur son premier disque, paru à l’été 2011. Elle présente une musique plus dense, parsemée de passages extrêmement épurés.

Pertes de mémoire et autres mécanismes de défense trempe dans un bain de distorsion, alimenté de vieilles pédales à “flanger” qui sont appliquées sur les voix. Le tout est tapissé de bons vieux claviers sortis années 1980.

Né d’un processus créatif peu orthodoxe avec comme ambition de composer et d’enregistrer simultanément, plusieurs pistes ont été mises en boîte dès le premier jet. Notons également l’ajout de deux musiciens, Guillaume Alix et Maxime St-Denis, qui se joignent à Pierre-Paul Giroux et Philippe St-Denis. Chacun y joue de tous les instruments.

L’influence d’Eugène Ionesco, le Rhinocéros particulièrement, et celle du cinéma éclaté de Charlie Kaufman se font sentir; les textes racontent des histoires, ils invitent à insuffler au quotidien une couche de surréalisme.

José Major (Pierre Lapointe, Jimmy Hunt) a assuré la batterie sur le disque tandis que Guillaume Chartrain (musicien pour Louis-Jean Cormier, Navert) s’est chargé du mixage.

Les billets sont 10$, incluant un exemplaire physique de l’album.